Publié le 12 juin 2019

Les erreurs sont légion et font le sel de notre humanité. Parce que cette réalité nous rattrape parfois un peu violemment dans notre relation à l'administration, celle-ci évolue.

Le "droit à l'erreur" est un des volets de la Loi du du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance [1] (ESSOC) dont l'objectif est de rénover les relations entre le public et l’administration.

Son principe repose sur un a priori de bonne foi et atteste de la possibilité pour chacun de se tromper dans ses déclarations à l’administration, sans risquer une sanction dès le premier manquement.

Bien conçu, clair et accessible, oups.gouv.fr [2] s'adresse autant aux particuliers qu'aux entreprises et incarne cette nouvelle posture de l’administration, plus bienveillante et dans le conseil, en vous donnant accès :

  • à l’ensemble des principales erreurs actuellement commises par les usagers, présentées par évènements de vie (déménagement, reprise d'activité, retraite...) ;
  • aux conseils pratiques des administrations vous donnant les clefs pour éviter de commettre ces erreurs et mieux comprendre vos obligations ;
  • à des liens vous permettant d’approfondir chaque thématique.

> oups.gouv.fr [2]

Bannière: